ARTS & SOCIÉTÉS
 

LETTRE DU SÉMINAIRE 45

Avec le concours de la Fondation de France

Centre d’Histoire de Sciences Po

 
 
 

SÉMINAIRE DE LA FONDATION HARTUNG-BERGMAN - JUIN 2011

LE PUBLIC ARTISTE
ACCÉDER AU CONTENU DE LA LETTRE


Fondation Hartung-Bergman

Julie Sissia

Le Théâtre est dans la rue de Wolf Vostell : Manifeste pour un public artiste ?



Direction : Laurence Bertrand Dorléac
Rédaction : Carole Gautier, Cécile Pichon-Bonin
Traduction : David Ames Curtis

AccÉder aux LETTRES PRÉCÉDENTES




 
EDITORIAL

       

     « L’art c’est la vie et la vie c’est l’art » fut un leitmotiv dans les années 1950-1960, dans le sillage de Dada. Wolf Vostell s’inscrit dans cette perspective avec son Théâtre dans la rue, en 1958, où il réclame la participation active du public jusque-là cantonné à son rôle de spectateur passif.

     Julie Sissia — qui prépare par ailleurs une thèse sur l’art allemand en France après 1945 — se demande en quoi cette participation du public pouvait servir de manifeste pour la démocratisation de la pratique de l’art, et si la documentation autour de ce happening avait pour ambition de souligner son caractère collectif autrement qu’abstraitement, ou bien de forger et de mettre en scène l’œuvre elle-même. Auquel cas, l’auteur resterait encore le maître de ces lieux. Ce faisant, elle montre la difficulté de modifier le statut des acteurs du monde de l’art, au moins lors de ce premier épisode.



Laurence Bertrand Dorléac
       

Lettre publiée avec le concours de la Fondation de France
Contact