ARTS & SOCIÉTÉS
 

LETTRE DU SÉMINAIRE 32

Avec le concours de la Fondation de France

Centre d’Histoire de Sciences Po

 
 
 

LES ÉCONOMIES DE KLEIN

Yves Klein, Dimanche, 1960. Réalisation Albert Weil, 4 minutes. Film enlargement.


Denys Riout
Yves Klein : le crédit par le marché

Kaira Cabanas
Vendre l’actualité : Yves Klein et son journal Dimanche

Sophie Cras
Le juste prix de l'oeuvre chez Klein, "esquisse et grandes lignes" d'un système économique


Direction : Laurence Bertrand Dorléac
Rédaction : Élodie Antoine

Cécile Pichon-Bonin
Contact
Traduction : David Ames Curtis


 

LETTRES PRÉCÉDENTES

L'INFLUENCE DES SAINTS-SIMONIENS ET L'IDÉE D'UN ART EN AVANT-GARDE DE LA RÉFORME DU MONDE

la morale du corps

masculins feminins

L'enfant modèle

Le beau et l'utile

ENTRE UTOPIE ET MARKETING, LES NOUVEAUX PUBLICS

Le marché, à l'origine

le voyage des avant-gardes

Les grandes expositions

Qu'est-ce qu'un art social ?

PRIMITIVISMES

réalismes

Joseph beuys : la fabrique d'un chaman

L'artiste et le philosophe

appropriations

Alternatives au marché de l'art à New york

génie

préhistoires

après la guerre

L'argent

icônes

LE POUVOIR DES ARTISTES

marchandise et don

CONSTRUCTION ET VALEUR

NOminalisme

ROME ANTIQUE

DE L'ÉVALUATION

NOUVEAUTÉS SOVIÉTIQUES



 
EDITORIAL


        


        Il est difficile de parler de Klein à l’abri du culte, c’est pourtant ce qu’essaient de faire trois observateurs attentifs aux relations qu’entretient avec l’économie ce « vendeur de vide ». C’est ainsi qu’un journaliste le nommait, en 1960, dans la Tribune de Lausanne, sans voir à quel point Klein pensait plutôt en termes de « plein ». En réintroduisant la notion médiévale de « juste prix », l’artiste ne fait pas que jouer au savant, il prend en charge le système économique de son œuvre dont il veut contrôler toutes les modalités, comme pour tout le reste.

                                                                                                               Laurence Bertrand Dorléac