ARTS & SOCIÉTÉS
 

LETTRE DU SÉMINAIRE 30

Avec le concours de la Fondation de France

Centre d’Histoire de Sciences Po

 
 
 

DE L'ÉVALUATION



Jacinto Lageira
Transvaluation et invaluation


Direction : Laurence Bertrand Dorléac
Rédaction : Élodie Antoine
Cécile Pichon-Bonin
Traduction : David Ames Curtis

LETTREs PRÉCÉDENTEs

L'INFLUENCE DES SAINTS-SIMONIENS ET L'IDÉE D'UN ART EN AVANT-GARDE DE LA RÉFORME DU MONDE

la morale du corps

masculins feminins

L'enfant modèle

Le beau et l'utile

ENTRE UTOPIE ET MARKETING, LES NOUVEAUX PUBLICS

Le marché, à l'origine

le voyage des avant-gardes

Les grandes expositions

Qu'est-ce qu'un art social ?

PRIMITIVISMES

réalismes

Joseph beuys : la fabrique d'un chaman

L'artiste et le philosophe

appropriations

Alternatives au marché de l'art à New york

génie

préhistoires

après la guerre

L'argent

icônes

LE POUVOIR DES ARTISTES

marchandise et don

CONSTRUCTION ET VALEUR

NOminalisme

ROME ANTIQUE



 
EDITORIAL


        

       Jacinto Lageira est connu pour ses textes sur l’art contemporain et ses réflexions théoriques : il a publié récemment un livre sur la déréalisation du monde. Il étudie pour nous les effets de l’élargissement considérable des notions d’esthétique et d’artistique à toutes sortes d’objets. A première vue, une bonne nouvelle tant espérée depuis le début du 20e siècle ; à seconde vue, une situation qui oblige à repenser de fond en comble le système traditionnel de l’évaluation en sortant du piège de l’œcuménisme généralisé qui ne serait, au bout du compte, qu’indifférence et tiédeur dans un monde où l’art fonctionnerait en circuit fermé et sans lien vivant avec la société.



                                                                                                        Laurence Bertrand Dorléac





Lettre publiée avec le concours de la Fondation de France

Contact